Une conf gesticulée, qu’est ce que c’est ?

Une conférence gesticulée est une forme scénique mélangeant du savoir froid sur un sujet avec des expériences de vie. Cette forme a la particularité d’être accessible à tous, pleine de savoirs et souvent drôle.

Cette forme originale peut est adaptée à divers types d’événements : en séminaire, lors de temps de formation, pendant une assemblée générale,…

Les conférences gesticulées sont toujours de beaux moments produisant un petit quelque chose de mobilisant et de politique auprès des participant-e-s.

Sur notre site, vous découvrirez sur quels thèmes peuvent porter les conférences gesticulées. Nous avons eu plaisir à les découvrir, nous espérons que vous en aurez autant à les programmer !

Lien pour télécharger le catalogue

De la récupération à l’action collective, une autre vision de la démocratie

Durée : entre 1h et 1h15
Conférence gesticulée de et par Samuel DUMOULIN

Qu’est ce qui fait qu’on est souvent empêché quand on veut changer les choses ? Au début du travail d’écriture sur ma conférence gesticulée, c’est la question telle que me l’étais posée à l’écrit. Après plusieurs lectures, échanges, remue-ménage dans ma tête, je suis enfin parti et me suis appuyé sur la théorie de l’hégémonie culturelle telle que pensée par Antonio Gramsci, qui permet aux plus riches de continuer à s’enrichir en nous faisant avaler la pilule… Bon hégémonie culturelle ça fait un peu peur comme terme mais en fait avec quelques images et histoires de château fort et de dragon, ça passe tout seul. Comment cela se met en place ? Quelles stratégies élaborer en réaction ? Bon je n’ai pas toutes les réponses c’est mais déjà un début.

Y’a qu’à faut qu’on, pourquoi j’ai arrêté de lutter contre les discriminations


Durée : entre 1h15 et 1h30
Conférence gesticulée de et par Audrey GONDALLIER

Je m’appelle Audrey, j’ai 27 ans et je suis issue d’une famille de militaires depuis Napoléon… Ce bout de mon histoire familiale a façonné mon militantisme de ces 10 dernières années : j’ai voulu comprendre le monde, puis le changer. J’ai travaillé d’arrache-pied à lutter contre les préjugés racistes, sexistes et les discriminations, dans mon quotidien, dans la vie, et puis j’ai décidé d’arrêter. J’ai arrêté de lutter contre les discriminations parce que j’ai compris qu’il ne suffisait pas d’avoir un discours égalitaire pour produire de l’égalité entre les individus. Au travers de mon expérience et de mon vécu, je vous propose de comprendre ce qu’est une discrimination, comment elle s’opère, à quel processus elle fait appel. Puis de faire une espèce de socio-histoire des dispositifs mis en place depuis les années 70 pour répondre à ce besoin urgent, mais tellement ancien, de lutter contre les discriminations. Je vous raconterai aussi comment les fédérations d’éducation populaire, poussées par la chasse aux financements en matière d’éducation à la citoyenneté et de lutte contre les discriminations, poussent les travailleurs associatifs à produire de l’inégalité. Enfin, j’essaierai de vous raconter, modestement, comment à ma petite échelle, j’ai plutôt choisi de lutter contre les inégalités plutôt que d’agir pour le vivre ensemble. Pourquoi je parle aujourd’hui plus d’oppression que de discrimination, de révolte plutôt que de vivre ensemble.

Je ne fais pas de politique, je pose des questions : « Quand socialiste rime avec capitaliste… Et éducation populaire avec galère »

conference-gesticulee-picardie-nord-pas-de-calais-subvention-association-education-populaire
Durée : entre 1h45 et 2h15 (interaction avec le public)
Conférence gesticulée de et par Romain LADENT

Pendant des années, j’ai fait du développement social, local, durable sans jamais demander aux citoyens concernés ce qu’ils en pensaient.

Pendant des années, j’ai mangé à tous les râteliers pour permettre aux associations et aux mairies ou j’ai milité et travaillé d’être subventionnées, j’ai managé et dirigé des salariés et me suis soumis à l’obligation de les noter, j’ai rédigé des dossiers et des projets en maniant habillement le copier coller, j’ai concurrencé les autres asso et collectivités qui défendaient les mêmes valeurs auxquelles je croyais, j’ai siglé : CUCS, CEJ, CEL, CLSPSD, DRE, CUI, ALJ, MDQ, CSC…

Pendant des années, j’ai cru que les socialistes et la gauche étaient les gentils défendeurs de l’éducation populaire, j’ai espéré que marchandisation ne rime jamais avec animation, j’ai souhaité que le changement ça soit maintenant.

Pendant mes prochaines années, je souhaite continuer de me désintoxiquer. Aujourd’hui, j’ai bien compris que pour militer, ça ne peut se faire qu’avec vous. Pas facile de défendre ses idées en appliquant, dans les collectivités territoriales et dans les associations, les règles du capitalisme.

 

Liberté, Égalité… Enfanté ?


Durée : 1h30
Conférence gesticulée de et par Marie BACKELAND

C’est l’histoire d’une jeune femme qui veut un enfant et qui est confrontée à des problèmes de stérilité… Sujet ô combien tabou dans notre société. « Pourtant il n’y a pas de honte à avoir » affirme Marie Backeland. C’est avec du recul et de l’humour qu’elle nous livre son expérience et nous embarque dans l’incroyable aventure de la PMA (Procréation Médicalement Assistée). L’occasion de s’interroger sur l’enfantement, ses lois, ses codes, ses inégalités.

Y’a pas le temps, j’ai pu d’argent ! Dépêche-toi de ralentir


Durée : 1h30
Conférence gesticulée de et par Fabien BROSSET

Mon temps s’accélère… Mais où se cache « le temps gagné » ? De la mesure du temps à l’oppression de remplir l’agenda électronique, Fabien vient témoigner de son rapport aux temps (et un peu à l’argent !). Vivant dans une société où tous va toujours plus vite, où les injonctions aux temps sont de plus en plus grande, où l’organisation nous encourage à aller plus loin, plus vite, plus plus encore, n’avons-nous pas à nous réapproprier nos organisations, pour la plupart dictés par l’argent. Comment rester maître de son propre temps ? Rester maître de son temps, c’est avoir le temps de penser, construire, réfléchir et agir collectivement pour un mieux vivre ensemble. Fabien vient nous parler de son rapport aux temps et son début de quête de la lenteur. Il évoque ses secrets et astuces pour rester maître de son temps, de la sieste au mouvement slow food.

Du « être de là-bas » à « être d’ici » : Parcours d’une jeune rurale à la recherche de son territoire

Durée : 1h30
Conférence gesticulée de et par Aline COUTAREL

C’est souvent une question que l’on pose pour faire connaissance : tu viens d’où, Aline ? Je suis une jeune rurale du sud du Tarn, une fille de la cambrousse. Dans ce milieu rural j’y suis née, j’y ai grandit, mais pourtant je n’en fait pas partie. Je ne suis pas une vraie, je suis une mi-néo-rurale de deuxième génération, un terme bien compliqué pour décrire réellement mon rapport à ce territoire qui m’a vu évoluer. En ces temps de perte de croyance en la démocratie représentative, de réforme territoriale qui concentre tout sur les métropoles et d’une société qui nous pousse à la consommation, on se réfère souvent à là d’où on vient quand on ne sait plus trop là où l’on en est. Pourquoi ce besoin de se raccrocher à cette valeur sure, notre histoire et nos territoires vécus ? Au travers de mon exemple de jeune et de rurale en mobilité, je souhaite vous raconter mon défi, le défi que je me lance pour les prochaines années : celui d’être actrice de mon territoire et de ma vie. Ne plus « être de là-bas » mais « être d’ici ».

A la recherche de l’ingénieur(e) citoyen(ne)


Durée : 1h30
Conférence gesticulée de et par Mathieu DALMAIS

Déconstruire l’identité de l’ingénieur, une étape nécessaire à la réflexion : quelle place pour la technique et ceux qui la mette en œuvre dans la société ? Voici ma seconde soutenance de mémoire, celle ou je présente tout ce qui ne se dit pas lorsque l’on fait ses études : ce qui nous marque, nous forme et nous forge. Choses pourtant importantes à dire, surtout lorsqu’elles se construisent dans l’opposition avec une institution.

Au cas où ! Je tisse du lien social ou je prends mes précautions ?


Durée : 2h
Conférence gesticulée de et par Jacqueline ETIENNE-LECLERCQ

Mon éducation a été très orientée vers un principe de vie incontournable qui garantissait à coup sûr d’éviter toutes les situations à risques et de coller au plus près de la norme : « Prendre ses précautions, au cas où… »

Comme l’étendue des risques à contourner était trop grande et que je ne sais toujours pas ce qu’est la norme je me suis plutôt appliquée à essayer de me débarrasser de ce principe… Et voilà que depuis 2005, c’est devenu un principe constitutionnel en France. Sur un quiproquo et une succession de rendez-vous sociaux manqués, je démontre comment ce principe nous infantilise et participe de la déchirure du tissu social. La précaution, qui n’est ni la prévention, ni la prudence, banalise la gestion du risque, valorise la peur de l’autre, et érige la sécurité en tant que modèle de réussite sociale. J’essaye de dénouer les nœuds de mon histoire d’assistante sociale pour comprendre comment on peut tisser ce principe pour qu’il renforce le lien social au lieu de produire la « décohésion sociale ».

Si la sécurité n’a pas de prix, faut-il réellement payer le prix fort pour ce principe ?

Cendrillon fait grève


Durée : 1h30
Conférence gesticulée de et par Karima GHAILANI

Fruit d’origines mixtes, je ne suis ni noire, ni blanche. Au carrefour d’identités multiples et revendiquées : je suis ni bruxelloise, ni franchement marocaine, ni tout à fait espagnole, mais femme et maman à la fois, cadre et célibataire aussi.

Dans les étalages du supermarché des clichés sexistes, je n’ai heureusement pas tout à fait trouvé ma place, car je suis zèbre. Une zèbre plus précisément. Une zèbre bercée par les contes fées, mon préféré : Cendrillon ! Mais ma Cendrillon à moi s’est rebellée, elle n’attend plus le prince charmant en passant le balai, elle le cherche sur Tinder, elle s’invente une autre vie que celle qui lui avait été écrite, confrontée aux injustices matérielles que le système patriarcal lui impose, elle interroge sa (pré)destinée aux vues de statistiques percutantes et décide de ne plus la subir.

Sans misandrie accusatrice, cette conférence gesticulée se propose ainsi de parler de la réalité d’un quotidien matériel et de déplier les rayures entre écarts de salaire, travail domestique, et autres privilèges de la classe dominante. Et parce qu’aucune rayure ne ressemble à une autre, je suis moi : Karima Ghailani. Au fait, vous savez combien de temps met une féministe pour changer une ampoule ?

Résistances !

Durée : 1h15
Conférence gesticulée de et par Philippe GUITER

La Lutte, le Rapport de Force, l’Activisme, la Subversion, la Puissance du Collectif, la Grève, les Assemblées Générales, les Manifestations… Philippe, militant/activiste depuis une trentaine d’années, vous fait partager sa vie syndicale et associative balisée de victoires et de défaites. Militer dans la Joie, combattre le Capitalisme, célébrer les Victoires, ne plus avoir Peur, dénoncer les Dérives, s’organiser Collectivement pour Lutter. « La lutte des classes existe et c’est la mienne qui va gagner » dixit Warren Buffet. A nous de lui prouver le contraire.
Résistances, Résistances, Résistances

L’économie sociale et solidaire


Durée : 2h30
Conférence gesticulée de et par Irena HAVLICEK

Margaret Thatcher a menti : il y a une alternative. C’est l’économie sociale et solidaire. En tout cas, moi, j’y ai cru. A mort. Et puis, chemin faisant, j’ai vu que ce n’était pas gagné… Car le capitalisme est déjà sur le coup. Et sous couvert de social et de solidarité, on veut nous faire gober de drôles de trucs.

ÂMES SENSIBLES, S’ABSTENIR ! Il est question de misère et de nécessité, d’associations qui crèvent, de coopératives qui s’égarent, de management, de syntaxe et encore de cette saleté qu’est l’investissement à impact social. Sans oublier la loi sur l’ESS, les bénévoleurs, la conquête de nouveaux marchés, l’intérêt général, la langue de bois, des histoires de pauvres, d’étrangers et de fous… Et de femmes aussi.

Si un jour le peuple aspire à vivre… Tribulations d’un jeune binational sur le chemin de l’engagement


Durée : 1h30
Conférence gesticulée de et par Firas JAÏDI

Je suis Firas (et c’est mon vrai prénom) je suis jeune, un peu geek, fan de musique et de café mais aussi militant. ça, je m’en suis rendu compte récemment et depuis, j’ai eu l’occasion de vivre quelques aventures qui m’amène à réfléchir sur comment on s’engage et notamment sur un truc à la mode en ce moment : Le Service Civique ! J’aimerai faire le saut/sot avec vous, vous raconter ma vie, de comment parler de politique dans une dictature, à comment j’ai trouvé ma place dans l’éducation populaire en passant par la Révolution Tunisienne. Vous parler de mes colères aussi et peut-être trouver ensemble des solutions pour que plus de jeunes puissent trouver/prendre leur place dans le monde associatif.

 

Le mystère du journalisme jaune


Durée : 1h30
Conférence gesticulée de et par Philippe MERLANT

Sur les traces de Joseph Rouletabille, Philippe Merlant part élucider ce très grand et curieux mystère : « Pourquoi les médias sont-ils si souvent du côté du manche, du côté du pouvoir, du côté des puissants ? » Une enquête de l’intérieur, nourrie par quarante ans d’exercice du métier de journaliste. Et une invitation à trouver des pistes pour réconcilier information et démocratie.

Mes déchets ne sont pas des ordures


Durée : entre 1h30
Conférence gesticulée de et par Brigitte SAMAIN

Brigitte s’est toujours préoccupée de ses déchets. Sa pratique du compostage et lombricompostage l’a amenée à se poser la question de sa place dans la nature : exploiter, lutter ou collaborer ? Aujourd’hui elle participe à une association Collembole et Cie pour la préservation de la terre nourricière. Ayant compris le rôle fondamental et pourtant méprisé de ceux qui dans l’ombre décomposent les déchets pour créer l’humus, elle voudrait être porte parole de la revendication des vers de terre pour de meilleures conditions de travail.

Vends ! Vendons ! Vendez ! Ou comment la profusion précarise le consommateur


Durée : entre 1h30
Conférence gesticulée de et par Philippe RUFFIN

Cela fait plus de 35 ans que j’ai fait du commerce ma profession, et j’en ai vendu des articles, j’en ai vendu des produits. Mais toutes ces marchandises qui sont passées par mes mains, avaient une fonction, répondaient à des besoins. Elles avaient une valeur, ou des valeurs, différentes selon que l’on était vendeur ou acheteur. Alors quelles sont-elles ces valeurs ? Et comment se fait-il qu’aujourd’hui nous croulions sous d’immenses quantités de marchandises et, qu’en même temps, on nous retire le droit de les produire ? C’est le résultat d’un mécanisme insidieux dont il est urgent de prendre conscience, un mécanisme qui pourrait bien être notre perte, alors qu’on nous le présente comme notre salut.

L’Être Humain dans la tourmente de l’idéologie dominante libérale


Durée : 1h30
Conférence gesticulée de et par Stéphane YVES

Depuis son enfance, Stéphane n’arrive pas à s’intégrer dans un système qu’il trouve illogique, saugrenu, inhumain, alors il s’interroge. Qu’est ce que l’éducation, le travail, l’emploi ? Pourquoi avons nous « choisi » de vivre ainsi, dans un monde capitaliste, où la propriété, la finance, le commerce des multinationales conditionnent notre mode de vie ? En proposant son modèle de société, il essaie, accompagné de ses amis Max le ver de terre, Myrtille l’abeille et Toufou l’écureuil, de comprendre comment l’espèce humaine s’est engagée dans un système non coopératif, un système qui massacre les richesses naturelles et qui nous dépossède de nous même.

« Mon ch€r corps, ou la puissance de l’éducation populaire à la vie affective et sexuelle »


Durée : 1h30
Conférence gesticulée de et par Jessica HATE durée : 1h15

Mon corps m’appartient ? C’est quoi ce cycle ?

De l’échec scolaire à la chanson, du tampon périodique à la précarité, de la nausée aux alternatives…

Ma conférence gesticulée ne prétend pas se substituer aux formations des centres de prévention et de planification.
Elle propose de prendre un temps de conscientisation, de réflexion, de colère face aux injonctions mortifères de l’hétéropatriarcat et du capitalisme. Mais sans pathos.
A travers mon expérience, je souhaite amorcer une lutte enthousiaste collective et émancipatrice.

« L’acte le plus subversif qu’une femme puisse commettre c’est de parler de sa vie comme si elle importait réellement » Mona Eltahawy.

Formation Monte ta conf’

Depuis 3 ans nous accompagnons au montage de conférences gesticulées.

Cette formation est construite sur trois regroupements de 4 jours. La formation alterne des temps de travail en plénière et en petits groupes et s’appuie sur des méthodes d’éducation populaire. Les participant-e-s construisent progressivement leur propos entre les différents modules.

Plus d’information et/ou inscription

Un article de sociologie à partir de l’observation d’une de nos formations

Notre ami Nicolas, en doctorant de sociologie, a participé à notre première session de formation à la conférence gesticulée. Même s’il n’aura pas monté sa conférence, sa participation a alimenté un bel article que l’on est fier de vous partager, paru dans la revue CAIRN.

Conférence Gesticulée : Politiser sa trajectoire, Démocratiser les savoirs